mercredi 15 août 2018

PAUSE le temps de rentrer dans l'Essonne, j'ai un mariage le 18 puis je resterai dans la région parisienne pour profiter un peu de ma fille qui va partir vivre avec son mari en Birmanie.

lundi 13 août 2018

#lundi soleil
août : bleu
bleu :chartreux dans un sac bleu
Elena 2018

vendredi 10 août 2018

DANS MON VILLAGE
Dans mon village il y a les anciens : ceux qui sont nés dans le village et les autres tous des étrangers même s’ils sont nés à 5 km de là. Dans mon village il y a les étrangers d’autres pays comme les anglais et les hollandais puis les parisiens et tout ceux venant à plus de 50 km à la ronde. Dans mon village il y a les bavardes, dont il faut se méfier, et les taiseux, qui parlent peu mais bien. Dans mon village il y a des enfants de tous âges et on les entend jouer avec plaisir ! Dans mon village il y a des chats, des chiens, des poules, des lapins et des chevaux avec un âne et ils s’entendent tous. Dans mon village il y a le haut et le bas, un lavoir départage les deux ; les gens se parlent peu entre le haut et le bas. Dans mon village il y a de l’aide entre voisins et on n’est jamais seul surtout par canicule ou forte pluie on vient prendre des nouvelles. Dans mon village il n'y a qu'une route et elle s'arrête à l'entrée d'un bois, les camions ont bien du mal à faire demi-tour,
Dans mon village je m’y sens bien et je suis contente d’y passer les étés.
Elena 2018

mercredi 8 août 2018

COL D’IZOARD
J’étais monitrice, dans une colonie d’enfants d’acteurs, elle était située à Guillestre. J’avais la chance d’avoir un pavillon à part où je m’occupais des petits avec une aide-monitrice.
Vers la fin des vacances nous formions une bonne équipe et nous nous entendions très bien entre les monitrices (5) et la directrice.
Nous devions prendre le col d’Izoard en car et visiter en haut. Le problème était que le chauffeur du car n’était pas très sobre et les tournants pour monter étaient bien près du précipice. Les enfants ne s’en rendaient pas compte, la directrice s’occupaient d’eux pendant que nous les cinq monitrices nous chantions en inventant les paroles :
« Au fond du car (bis) au col d’Izoard (bis) il y avait cinq filles (bis) pas très tranquilles… » Ce couplet complétait les autres couplets qu’avaient chanté d’autres monitrices les années précédentes et la chanson était assez longue mais tenant parfaitement une logique.
En haut nous avons admiré le paysage mais nous avons vu le chauffeur continuer à boire du vin et chanceler un peu. Le retour pour nous fut silencieux, heureusement que la Directrice faisait chanter les enfants confiants. Quand nous sommes arrivés nous étions soulagées mais aucune de nous n’a dîné, nous étions trop chamboulées !
Elena

lundi 6 août 2018

#lundi soleil
août : bleu
bleu : cavaliers slovaques
Elena 2018