lundi 18 juin 2018

#lundi soleil
juin : ciel

ciel : du côté de Caen !
Elena 2018

vendredi 15 juin 2018

LES AIGLES (fiction)
A la veillée des Audariet un homme nouveau s’éteit joint. Il avait une cinquantaine d’années et n’aurait pas été vilain s’il n’avait eu des trous dans les cheveux, disons sur le crâne et tout le monde se demandait ce qu’il avait : une maladie ou un accident ?
Chacun racontait à tour de rôle une histoire de son village ; quand vint le tour de l’homme au crâne bizarre il se présenta :
  • Je m’appelle Marcel c’est la grand-mère Audariet qui m’a invité parmi vous. Je vois que vous regardez ma tête avec étonnement et je vais vous raconter l’histoire de ce qui m’est arrivé :
  • Avant j’habitais en Haute Savoie et j’aimais grimper dans les sentiers, du haut je voyais parfois passer des rapaces je les admirais ! Un jour je m’endormis en hauteur et je fus réveillé par deux aigles qui s’étaient précipités sur ma tête et me donnais des coups de bec, je donnais des coups de main mais je n’arrivais pas à me défendre et je cachais mon visage pour le protéger Au bout d’un moment je réussis à me relever et les oiseaux s’envolèrent Je redescendis et à l’hôpital ils arrangèrent mon crâne comme ils purent ainsi que mes cheveux qui ne poussaient plus par endroits
  • Vous n’avez pas mal demanda la vieille Toinette ?
  • Non, je m’y suis habitué mais je ne peux pas dire que c’est décoratif !
Tout le monde rit et le nouveau venu fut accepté, on ne le regardât plus comme une bête curieuse
La veillée continua avec les autres jusqu’à 23 heures puis tout le monde se sépara pour aller se coucher,
Elena 2018

mercredi 13 juin 2018

BELLE…
Tous les ans à Pâques, avec mon père, nous allions à l’église de Vanves. Je ne priais pas, je préférais observer autour de moi et c’est ainsi que vers 9 ou 10 ans j’ai remarqué une femme seule d’une beauté époustouflante. Elle ne parlait à personne, à minuit quand on s’embrassait pour fêter la résurrection du Christ, elle restait seule. Au fil des années je retrouvai la même femme dans la même église et la trouvai toujours très belle.
Il y eut une année où je n’allai pas à Vanves et l’année d’après quand je revis cette femme je suis restée sidérée, elle n’était plus jolie, elle avait vieilli et je fus déçue. C’est ainsi que je compris ce qu’était la vieillesse et la mélancolie me prit un peu en pensant qu’un jour ce sera pareil pour moi.
Heureusement avec le temps on s’habitue à la vieillesse et on ne souffre pas sauf peut être les acteurs qui se voient à l’écran du temps où ils étaient jeunes.
Je ne revis plus la femme que je trouvais belle car papa déménagea !
Elena

lundi 11 juin 2018

Lundi soleil

#lundi soleil
juin : ciel

ciel : amas d'Hercule photographié par mon fils
Elena 2018



vendredi 8 juin 2018

Anna Akhmatova

Vous trouverez tous les renseignements sur elle sur internet, je veux raconter comment je l’ai connue.
J’avais une amie de plus de 80 ans qui fut amie avec la poétesse, elle avait des disques d’elle où Akhmatova récitait ses poèmes. Celle-ci était amie avec une autre poétesse Olga Bergoltz et mon amie avait aussi un disque d’Olga. Mon amie me raconta qu’Anna n’avait pas voulu se mouiller pendant la révolution, elle réussit assez bien à passer à travers le filet. Pendant la guerre, elle témoigne du siège de Leningrad et écrit « Courage » Peu de temps après elle fut radiée de l’Union des écrivains. Elle fut considérée comme la plus grande poétesse du XXe siècle. J’écoutais sa voix, on sentait qu’elle était de bonne famille, elle chantait plus qu’elle ne parlait mais je trouvais que c’était assez monocorde alors qu’Olga, moins connue, avait une voix qui tonnait, frappait et on ne pouvait pas y rester indifférente.
Mon amie m’offrit les 2 disques, je les ai pris mais en même temps j’ai préféré lire leurs livres et là j’ai apprécié Akhmatova, je l’ai comprise et aimée en tant que poétesse ! Elle écrivit pour les femmes et l’avenir, elle ne tricha jamais. Elle voulut rester dans son pays pendant la révolution tout comme elle refusa d’écrire des poèmes révolutionnaires sur ordre. Son honnêteté d’écrivain fit qu’elle fut respectée par les intellectuels et les poètes débutants s’inspirèrent de son exemple.
Elena

mercredi 6 juin 2018

ÂME (fiction)
J’ai perdu ma flamme
Dans tes yeux glacés,
J’ai perdu mon âme
Voulant trop t’aimer.
J’ai senti le drame
Me sentant piégée,
Et, avec ton arme
Tu m’as transpercée.
J’ai perdu mon âme
Pour t’avoir aimé,
J’ai perdu ma flamme
Dans l’amour damné.
Elena

lundi 4 juin 2018

Lundi soleil

Lundi soleil
juin : ciel
http://www.bernieshoot.fr/
http://www.facebook.com/groupe/LundiSoleil/

Ciel : Sainte Lucie
Elena 2018