mercredi 14 décembre 2016

FROID


Il avait été prince dans son pays, l’émigration l’a chamboulé, il faisait partie de ceux qui n’ont pas su se remettre. Il a essayé des métiers, chaque fois il quittait pour aller ailleurs, il termina sous les ponts de Paris. Il mendiait comme d’autres près de lui, cela faisait déjà plusieurs années. Il avait oublié où se trouvaient sa femme et ses enfants, il ne pensait plus, il s’abrutissait avec du vin.
Ce jour-là le froid était vif et il n’était pas très couvert, il toussait sans savoir comment se réchauffer. C’est là qu’il vit avec stupeur sa cousine, il ne l’avait pas vu depuis leur jeunesse, elle était reconnaissable, très typée : long nez, lunettes épaisses,  le même regard perspicace. Elle passait près de lui sans le reconnaître alors n’y tenant plus il cria presque :
-         Véra, je suis Alexandre K… Tu te souviens ? Elle s’arrêta et le regarda longuement puis elle hocha la tête.
-         Oui, je te reconnais ! Viens je vais voir si un manteau de mon mari pourrait t’aller !
Heureux il la suivit, lui raconta ses malheurs, elle compatit mais pas de trop ayant souffert aussi. Elle était une battante et la destruction de son cousin l’avait affectée sérieusement. Elle le fit entrer, lui donna à manger et trouva un manteau qu’elle pouvait lui donner, elle fouilla s’il n’y avait pas d’autres choses, trouva aussi deux chemises et des chaussettes. Elle lui fit un paquet et lui donna. Il la regarda intensément et osa :
-         Peux-tu me prêter un peu d’argent stp ?
-         Pour acheter du vin ?
Il rougit et ne dit rien. Elle partagea sa nourriture avec lui et lui demanda de ne plus remettre les pieds chez elle.
Il repartit avec ses paquets, au bout d’une rue il reconnut un mendiant, il lui proposa une chemise contre une bouteille de vin, le mendiant accepta et Alexandre retourna à sa place, heureux d’avoir rencontré sa cousine.

Elena 

16 commentaires:

  1. Dans la rue , les priorités deviennent différentes...
    Douce journée ELENA
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  2. Vie de chien, quoi ! et quand les mauvaises habitudes sont prises, difficile de les changer.
    Tu me dis sur mon article que ce sont les femmes musulmanes qui doivent se battre, c'est le cas avec la brigade des mères qui dénonce cette situation.
    Bien amicalement.

    RépondreSupprimer
  3. Une vie triste qui devrait ne plus exister...hélas
    bisous d'amitiés et belle journée Elena

    RépondreSupprimer
  4. ...belle histoire triste ! si on se laisse aller à la déchéance, difficile de s'en sortir ! merci chere Ln, si je comprends bien tu es arrière grand mère ! superbe, portez vous bien tous les deux, bisous

    RépondreSupprimer
  5. l'exil des russes dits blancs, me fait tj penser par rapprochement à la souffrance des harkis, et la mm France qui les a plus ou moins mal reçus !tu diras les Russes étaient étrangers... mais le mm attachement pour la France, à comparer avec les tartines pour les syriens actuels,,,, je ne sais trop quoi penser sinon l'ingratitude

    RépondreSupprimer
  6. une histoire très touchante;
    belle journée, Elena

    RépondreSupprimer
  7. ma grand-mère russe blanche avec ses parents devait allée en France mais ils se sont arréter dans le sud de la Belgique .... avec deux chevaux quelques tableaux et quelques bijoux et beaucoup de souvenirs , on a jamais craché sur la Belgique qui nous a permis de revivre ... moi je me sens belge ... en + je parle méme pas russe ...

    RépondreSupprimer
  8. on est souvent partagé entre le désir de donner une pièce ou de quoi manger...pas évident
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour chère Eléna, Bien sûr on voit ces pauvres êtres qui vivent dans les rues, et ils oublient souvent leurs misères dans l'alcool, et c'est vrai qu'il faut les aider sans soucis de savoir où va passer les quelques pièces qu'on pourra leur donner....! A bientôt gros bisous

    RépondreSupprimer
  10. Salut
    C'est un malheur pour la plupart des SDF. On les oublie ou presque pourtant une pièce est la bienvenue .
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Quand on a un pied pris dans l'engrenage, tout y passe.
    Triste réalité.
    Bon jeudi ...
    Bisoux, elena

    RépondreSupprimer
  12. Je donne du temps à une association d'insertion, et les gens qui se trouvent dans la rue ont souvent des parcours étonnants .
    Douce journée ELENA
    Bisous
    timilo

    RépondreSupprimer
  13. je te souhaite une douce fin de journée

    pas mal de choses faire , j'en profite car il fait super beau dehors pour scier et ranger le reste du bois

    et j'ai fait encore des biscuits au chocolats pour les fétes ...

    RépondreSupprimer
  14. bon dimanche avec de la grisaille et une fine pluie

    il annonce le reste de l'année comme ça gris et humide ...

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Elena,
    C'est un bien triste récit qui reste malheureusement d'actualité.
    Bisous

    RépondreSupprimer