lundi 21 juillet 2014

AUX PORTES DE LA DETRESSE


Aux portes de la détresse
Il n’y a plus de caresses,
Il n’y a plus de tendresse.
Il y a l’étau qui sert
Les portes de l’angoisse.
Il y a les larmes qui tombent
Dans un torrent de glace.
Il y a le cœur qui fond
Sans laisser de traces.
Aux portes de la détresse
Il y a les âmes qui passent.

Elena 

14 commentaires:

  1. Que c'est bien dit ! la solitude et la détresse vont de pair, me semble-t-il et sont difficiles à vivre. Plus d'espoir, ni d'amour et on ne peut vivre sans.
    J'espère que tu n'es pas dans cet état d'esprit et je te souhaite un bon lundi.

    RépondreSupprimer
  2. parfois on crie au secours et personne n'entend ...alors on choisit de mettre fin a la souffrance de l'âme ... mais faut avoir le cran de passer a l'acte ...
    bonne journée !

    ici congé et féte et j'espère pas de pluie!

    gros bisous

    RépondreSupprimer
  3. On va essayer de fermer ces portes-là et commencer une nouvelle semaine !
    bisous et bon lundi Elena !

    RépondreSupprimer
  4. beau poeme, mais "un peu" triste ! les portes de la détresse, c'est vraiment quand on touche le fond, gardons l'espoir d'une bonne semaine, grosses bises

    RépondreSupprimer
  5. très joli poème, Elena;
    belle journée;

    RépondreSupprimer
  6. un dernier recours, une bouteille à la mer
    http://youtu.be/Y4J07BkSDDM
    je la lance et j'espère qu'un petit capitaine
    la trouvera, viendra, me tenir la main ...
    et elle flotte sur la vague, et se perd ds l'écume
    elle échoue sur une plage inconnue
    j'espère au soleil mouillé une main curieuse, étonnée
    mais personne... Le temps passe, mes cheveux sont gris,
    qd un rayon de soleil fait miroiter enfin la bouteille
    alors je l'ouvre et ... retrouve mon message
    que l'océan m'a ramené :
    un éternel appel à l'amour
    et je pleure !!
    L'amour existe, est partout, je souris

    RépondreSupprimer
  7. L'immensité de la détresse ne suffit pas à recueillir les larmes du monde ...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Elena,
    La détresse, il y a celle que l'on voie, que l'on devine et que l'on peut atténuer, voire secourir, mais il y a celle qui se cache par honte et parfois par fierté, difficile à aider,. Il y a tant de détresse de par notre monde !
    Très belle journée à toi.
    Bisous.
    Prima

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Elena La détresse est certainement tout ce qui reste lorsque l'on a tout essayé.
    Pour répondre à ta question, non je n'ai pas de le lien avec la princesse Toubetskoï mais j'ai un amour immodéré pour ce pays. J'ai quelques amis à Kiev où j'ai fait 12 ans d'humanitaire.
    en ce moment je consacre peu de temps au blog car je suis très présente auprès de ma mère qui est en fin de vie.
    bonne fin de journée
    je t'embrasse*alixe

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Elena,
    Joli poème mais triste.
    De nombreuses personnes sont en détresse...
    Bon lundi
    Bisous

    RépondreSupprimer
  11. c'est une réalité
    il faut éviter le stress pour ne pas sombrer
    je te souhaite une très belle soirée
    gros bisous et très belle semaine

    RépondreSupprimer
  12. qui passent et trépassent
    j'aime bien l'atmosphère, tes écrits courts, simples précis !!
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  13. bonsoir Elena ... le stress, le blues, je crains .... quand je sens que "les abeilles me montent à la têt", vite, j'essaie de réagir, m'occuper ... au pire, aller faire un tour chez mon coiffeur ... LOL MDR
    bisous et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Elena,
    Beau et triste poème que voilà....Je vois que personne ne t'a signalé l'erreur de frappe dans l'étau qui serre. Le doigt est quelquefois glissant et il m'arrive souvent de ne pas me relire auquel cas mon doigt glisse aussi et j'aimerai que quelqu'un me le fit remarquer. J'espère ne pas t'avoir offensé sinon excuses moi. Bon mardi à Toi aussi. Amitié.

    RépondreSupprimer